Passer au contenu principal

Effets des lotions topiques sur le microbiome cutané dans les cas de dermatite atopique

(Effects of Topical Lotions on the Atopic Dermatitis Skin Microbiome and Associations with Itch and Skin Barrier Function)

Kimberly Capone, Ph.D., Shifra Liba Klein, Ph.D., Frank Kirchner, M.S., Neena Tierney, Ph.D. Johnson & Johnson Consumer, Inc. Présenté à la 76e réunion annuelle de la Society for Investigative Dermatology (SID), Portland, Oregon, du 26 au 29 avril 2017.

But

Les lésions de dermatite atopique sont souvent colonisées par Staphylococcus aureus, et on a rapporté qu’il existe une corrélation entre l’amélioration de la diversité microbienne et l’atténuation de la gravité de la maladie. En outre, on croit que la colonisation des follicules par S. aureus exacerberait la sensation de démangeaison dans le cycle de la dermatite atopique. Malgré ces découvertes, la fonction du microbiote cutané dans la pathogenèse de la dermatite atopique demeure mal comprise, en particulier au sein de différentes populations de patients. Les progrès dans notre compréhension du microbiome cutané associé à la dermatite atopique au cours de l’évolution de la maladie nous permettront de mieux comprendre la fonction du microbiote dans cet écosystème complexe et, au bout du compte, à mettre au point de nouveaux traitements reposant sur le microbiome. Nous avons examiné les changements dans le microbiote cutané, la gravité de la dermatite atopique et la démangeaison pendant un traitement de 14 jours par deux lotions topiques, la crème hydratante AVEENO® Soin de l’eczéma (formulée pour les patients présentant une dermatite atopique) et une lotion non parfumée. La phase de traitement de 14 jours a été suivie d’une phase de régression de 7 jours visant à observer les changements du microbiote cutané à mesure que la maladie s’aggravait.

Conception de l’étude

Cette étude multicentrique, contrôlée, à répartition aléatoire, portant sur l’utilisation clinique, d’une durée de 14 jours, visait à associer le microbiote cutané de patients atteints de dermatite atopique à la présence de prurit (démangeaison) lors de l’utilisation de 2 différentes lotions topiques. La population était composée de femmes et d’hommes de 16 à 50 ans, présentant une dermatite atopique d’intensité légère à modérée et ayant eu une récente poussée de démangeaison. Au total, 65 sujets ont participé à l’étude; 31 (22 femmes et 9 hommes) ont appliqué la crème hydratante AVEENO® Soin de l’eczéma et 34 (27 femmes et 7 hommes), la lotion non parfumée. Parmi les sujets, 75 % étaient de sexe féminin, et 25 %, de sexe masculin; leur âge moyen était de 34,5 ans. Tout au long de l’étude, ils ont appliqué le produit à l’étude qui leur avait été attribué sur toutes les régions du corps (y compris le visage), en suivant le mode d’emploi. On a également fourni aux sujets du nettoyant hydratant thérapeutique pour bébés AVEENO® pour remplacer leur nettoyant ou leur savon habituel. Les sujets ont utilisé les produits à l’étude deux fois par jour pendant 14 jours; la période de traitement était suivie d’une période de régression de 7 jours, pendant laquelle ils ne recevaient aucun traitement. Les évaluations suivantes ont été effectuées au départ ainsi qu’aux jours 1, 3, 7, 14 et 21 : évaluation clinique (y compris l’Eczema Area Severity Index [EASI] et l’Atopic Dermatitis Severity Index [ADSI]), questionnaires d’autoévaluation, gravité de la démangeaison (sur une échelle visuelle analogique [ÉVA]), imagerie numérique, mesures cutanées non invasives (fonction barrière, perte hydrique transépidermique, hydratation cutanée et pH) et échantillonnage du microbiome.

TABLEAU 1. Résumé des données démographiques (population en intention de traiter)

8.9_table_1.jpg

8.9 Tableau 1

RÉSULTATS

FIGURE 1. Mesures relatives à la barrière cutanée • L’emploi de la crème hydratante quotidienne AVEENO® Soin de l’eczéma a produit une réduction statistiquement significative du pH de la peau lésionnelle et non lésionnelle entre le départ et le jour 14. Le retrait du traitement a entraîné une remontée du pH. Par ailleurs, on a observé des améliorations limitées du pH cutané pendant la phase de traitement par la lotion non parfumée.

8.9_figure_1.jpg

8.9 Figure 1

L’emploi de la crème hydratante quotidienne AVEENO® Soin de l’eczéma a entraîné une amélioration significative sur le plan statistique de la fonction barrière, telle que mesurée par la baisse de la perte hydrique transépidermique au niveau de la peau lésionnelle aux jours 3, 7 et 14. En revanche, pendant la phase de traitement par la lotion non parfumée, on n’a pas observé de diminution de la perte hydrique transépidermique.

8.9_figure_1b.jpg

8.9 Figure 1b

Le traitement par la crème hydratante quotidienne AVEENO® Soin de l’eczéma a entraîné une hausse statistiquement significative de l’hydratation de la peau lésionnelle et non lésionnelle aux jours 1, 3, 7 et 14. En outre, l’emploi de la crème hydratante quotidienne AVEENO® Soin de l’eczéma a produit une amélioration significativement plus marquée de l’hydratation cutanée comparativement à la lotion non parfumée (p < 0,05).

8.9_figure_1c.jpg

8.9 Figure 1c

FIGURE 2. Évaluation clinique au moyen des scores ADSI et EASI

  • Au jour 14, le traitement par la crème hydratante quotidienne AVEENO® Soin de l’eczéma avait entraîné une amélioration d’environ 50 % du score clinique EASI (p < 0,05).
  • Au jour 7, le traitement par la crème hydratante quotidienne AVEENO® Soin de l’eczéma avait entraîné une amélioration d’environ 50 % du score clinique ADSI (p < 0,05).
  • Malgré le retrait du traitement au jour 14, au jour 21, les scores cliniques ADSI et EASI sont demeurés plus élevés que les scores de départ et étaient environ équivalents aux valeurs du jour 3 et du jour 7, respectivement.

8.9_figure_2.jpg

8.9 Figure 2

FIGURE 3. Mesure de la démangeaison sur l’ÉVA

  • L’intensité de la démangeaison s’est atténuée dès le jour 1 (p < 0,05)
  • L’intensité de la démangeaison s’est atténuée dès le jour 1 (p < 0,05), et cette amélioration a persisté tout au long du traitement, se chiffrant à 60 % après 14 jours.
  • Au jour 3, la crème hydratante AVEENO® Soin de l’eczéma avait entraîné une atténuation significativement supérieure de la démangeaison par rapport à la lotion non parfumée (p < 0,05).
  • Après 1 semaine d’arrêt des deux traitements, la démangeaison s’était intensifiée par rapport au jour 14, mais elle était tout de même moins intense qu’au départ (p < 0,05).

8.9_figure_3.jpg

8.9 Figure 3

FIGURE 4. Diversité microbienne au départ et changements au fil du traitement

  • Au départ, les communautés microbiennes de la peau non lésionnelle étaient significativement plus diversifiées que celles de la peau lésionnelle (p < 0,05).
  • À l’emploi de la crème hydratante AVEENO® Soin de l’eczéma, la diversité microbienne de la peau lésionnelle a rejoint celle de la peau non lésionnelle à partir du jour 1 et est demeurée similaire tout au long des phases de traitement et de régression (p > 0,05).

8.9_figure_4.jpg

8.9 Figure 4

FIGURE 5. Différences moyennes dans la diversité microbienne de la peau lésionnelle

8.9_figure_5.jpg

8.9 Figure 5

CONCLUSIONS

Au départ, la peau lésionnelle présentait un pH et une perte hydrique transépidermique plus élevés, et un taux d’hydratation moins important comparativement à la peau non lésionnelle. Chez les sujets traités par la crème hydratante AVEENO® Soin de l’eczéma, la sévérité de l’affection avait significativement diminué tout au long du traitement de 14 jours par rapport au départ. La peau lésionnelle et non lésionnelle a affiché une hausse significative de l’hydratation ainsi qu’une baisse significative du pH, de la perte hydrique transépidermique et de la démangeaison, contrairement aux améliorations minimes observées après l’utilisation d’une lotion non parfumée. Au départ, les communautés microbiennes cutanées de la peau non lésionnelle affichaient une diversité significativement plus importante que celles de la peau lésionnelle. Tout au long du traitement de 14 jours par la crème hydratante AVEENO® Soin de l’eczéma, on a constaté des améliorations significatives de la diversité microbienne de la peau lésionnelle. Cette diversité est devenue aussi marquée que celle de la peau non lésionnelle dès le jour 1 et est demeurée semblable tout au long des phases de traitement et de régression. Ces données, qui confirment les liens notés antérieurement entre la diversité microbienne et la gravité de la dermatite atopique, ont permis d’approfondir les connaissances sur les diverses populations microbiennes de la peau lésionnelle des patients atteints de dermatite atopique, ce qui pourrait faciliter la mise au point de nouveaux traitements reposant sur le microbiome.

REMERCIEMENTS

Les auteurs remercient Jeremy Wilkinson de RTL Genomics de son aide pour le séquençage du microbiome cutané et l’analyse des données.